71 documents
9/71 results        
Description
TitreArchaeomedes I & II
SigleArchaeomedes
ID du projet89
Description du projet
Archaeomedes est un programme européen consacré à l’étude de la désertification des régions méditerranéennes de l’Europe de l’Antiquité à nos jours.
En France, l’analyse de la  mobilité de l’habitat rural antique a été conduite dans huit microrégions de la vallée du Rhône et du Languedoc oriental puis dans le Var, l’Ardèche, la Valdaine et les rives de l’étang de Berre. Il a été piloté par le Centre de recherches archéologiques du CNRS (UMR 6130 CEPAM) et le Laboratoire de chrono-écologie de Besançon (UMR 6565). Les archéologues ont travaillé avec les statisticiens du centre MTI@SHS de l’Université de Besançon et l’équipe PARIS de l’université Paris 1 (unité Géographie-cités, CNRS-Université Paris 1).
Une grille descriptive des sites a été élaborée. L'analyse de la répartition spatiale des établissements, selon leur type, et par grandes phases de peuplement, a permis aux archéologues de construire des réseaux d'habitat, et d'appréhender l'ampleur du territoire qu'ils contrôlent. Dans les régions étudiées, l’analyse a prouvé la capacité des communautés paysannes de l’Antiquité et du Moyen Âge à résister aux aléas naturels et à accroître l’espace consacré à l’activité agro-pastorale tout en édifiant, par phases, un système d’habitat qui est encore largement actif dans le réseau de villages et de villes français.
AbstractARCHAEOMEDES I (1992-1994) and ARCHAEOMEDES II (1996-1999) are concerned with understanding and modeling the natural and anthropogenic causes of desertification, land degradation and land abandonment and their spatial manifestations, using the complex systems approach.
Responsable du projetVAN DER LEEUW S.
Organisation impliquéeFinancement européen. Centre de recherches archéologiques du CNRS (UMR 6130 CEPAM), Laboratoire de chrono-écologie de Besançon (UMR 6565). UMR 7041 ArScAn Fondation RAAP, Amsterdam UNISFERE, Besançon
People
Date de début1992
Date de fin1999
URLhttp://www.cnrs.fr/Cnrspresse/Archeo2000/html/archeo09.htm (consulté en juin 2012)
Type de projetFinancement européen
LangueAnglais, Français
Mots-clés géographieEurope, France, Vallée du Rhône, Valdaine, Languedoc, Etang de Berre
Dominante chronologique du projetProtohistoire, Périodes antiques, Périodes médiévales, Périodes modernes, Périodes contemporaines
Mots-clés chronologieProtohistoire, Antiquité, Moyen-Age, Moderne, Contemporain
Mots-clés objets historiquesVille, Habitat, Réseau
Dominante disciplinaire du projetArchéologie et Préhistoire
Mots-clés disciplineArchéologie, géographie, géomorphologie
Problématique
  • Mesurer le phénomène  de désertification dans l’Antiquité et vérifier, dans la longue durée, le rapport entre la dynamique du milieu et la dynamique du peuplement ;
  • Analyser la modélisation de la mobilité et la transmission de l’habitat dans le Midi méditerranéen, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge ;
  • Analyser les processus de destruction ou de recouvrement des sites archéologiques, en apportant certaines nuances dans les observations opérées seulement par prospection de surface.
Organisation du projet
Le programme Archaeomedes s’est déroulé en deux phases, numérotées I (1992-1994) et II (1996-1999).
Une opération consacrée à la mobilité de l’habitat rural antique dans le Midi méditerranéen français a d’abord été conduite dans huit microrégions de la vallée du Rhône et du Languedoc oriental (phase I). L’enquête a ensuite été élargie à un plus grand nombre de régions, du Languedoc oriental au Var oriental, de l’Ardèche et de la Valdaine aux rives de l’étang de Berre (phase II). Les équipes productrices des données archéologiques étaient composées de bénévoles, de professionnels (AFAN, SRA, CNRS, Universités) et d’étudiants en doctorat. Tous ont travaillé sous l’égide du Centre de recherches archéologiques du CNRS (UMR 6130 CEPAM) installé à Sophia-Antipolis et du Laboratoire de chrono-écologie de Besançon qui pilote encore le projet. Il abrite désormais les bases de données numériques acquises et calculées durant l’opération.
Le programme Archaeomedes s’est inséré dans des travaux développés depuis longtemps sur la région : programme collectif interrégional de recherche financé, de 1981 à 1994, par le ministère de la Culture et, de 1990 à 1997, par le groupe de recherche du CNRS «Archéologie de l’espace rural méditerranéen». Ainsi structurée, la communauté archéologique a pu bénéficier du concours des statisticiens du centre MTI@SHS de l’université de Besançon et de l’équipe PARIS de l’université Paris 1 (unité Géographie-cités, CNRS-Université Paris 1).
Le SIG a été mis en place en recourant à deux laboratoires, la fondation RAAP d’Amsterdam (Pays-Bas) et la société UNISFERE de Besançon, qui ont travaillé en étroite collaboration.
Pour étudier un ensemble cohérent d’établissements archéologiques, les auteurs ont défini un profil type pour chacun d’entre eux. Ce profil est caractérisé par un ensemble de variables composées de plusieurs modalités, qui permettent de décrire chaque établissement de manière homogène et objective. La grille descriptive a été élaborée par l’ensemble des chercheurs du projet, en fonction de la spécificité de chaque période et de chaque région. Elle s’est appuyée sur une grille expérimentée et modifiée depuis près de 15 ans dans le cadre de différents programmes sur le Beaucairois (1985), sur le territoire de Lunel-Viel (1989), sur le Lunellois (1992-1993), sur la vallée du Rhône (Archaeomedes I, 1993) et en Languedoc oriental (1994).
Les fonctions d'exportation et d'importation, sous la forme de tables aux valeurs en clair, codées ou booléennes, a favorisé les échanges entre les plates-formes SIG et statistiques, tout en conservant une interface familière pour les archéologues.
Pour percevoir l’évolution du système de peuplement, les auteurs ont ordonné les établissements en fonction de leur capacité à structurer un réseau d’habitat. Cette typologie a été produite par analyse multivariée et classification. Elle propose cinq classes, allant du simple bâtiment annexe, à vocation agraire, jusqu’à “ l’agglomération ”, tête d’un réseau d’habitat. Archaeomedes cherche aussi à établir dans quels contextes se sont installés les habitats anciens. Après diverses expériences, l’attention des auteurs s’est portée sur le relief et sur les conditions agrologiques par le biais des modèles numériques de terrain (MNT), pour construire une description locale et focale des types de relief. Ces types ont été calculés en associant le module GRID du SIG Arc-Info® et un opérateur statistique. Les pentes, l'orientation et le rayonnement solaire théorique global étant dérivés du MNT, les caractéristiques locales de chaque site ont été directement déterminées. Au-delà, les caractéristiques de l'environnement des sites ont été extraites par des fonctions focales, après détermination de rayons d'exploration optimaux.
Les caractères propres à chaque site permettent ainsi de constituer une matrice descriptive, traitée par analyse factorielle des correspondances (AFC) et par classification ascendante hiérarchique (CAH). Il en résulte une typologie du relief par ambiances, plutôt que par ruptures, qui peut être étendue à l'ensemble du territoire environnant les sites. L'intérêt de cette typologie est de rendre possible l'examen de l'évolution des contextes d'implantation.
Echelle de référenceRégion
Description de l'organisation du système d'information Niveaux intégrés dans le SIG :
  • 1 niveau administration (Raap)
  • 1 niveau utilisateur avancé
  • 1 niveau consultation saisie
Nombre d'utilisateur20 à 40
Nom des logiciels mobilisés
Données du système d’information
  • Données environnementales (pédologiques, géomorphologiques…)
  • Données géographiques
  • Données archéologiques (prospections)      
Catalogue de donnéesNon
Note
Mise en place d’une architecture technique basée sur une saisie en ligne (cf. ArchaeoRes). L’informatisation a été novatrice tant par les outils mis en œuvre que par l’organisation générale du système. Archaeomedes reste encore une référence notamment en matière de développement d’un corpus de données appliqué à l’archéologie et en terme de processus d’analyse (cf. fiche Berry).
Reference(s)
Etat de la fichepubliée
9/71 results        
© 2012 - Directeur du projet: Laurent Costa
Laboratoire ArcScan (Archéologies et Sciences de l'Antiquité)
Site réalisé par Gérald Foliot avec webActors - Hébergé par la TGIR HUMA-NUM

Rendu de la page en 0.016s