71 documents
18/71 results        
Description
TitreConstruction d'un SIG pour l'étude d'un cimetière : l'exemple de Mortefontaine (Aisne)
SigleMortefontaine
ID du projet142
Description du projet
La « Ferme de Pouy » est située dans la commune de Mortefontaine, à l'extrémité ouest du département de l'Aisne. A l'occasion de travaux d'élargissement de la route départementale 81 en juillet 2008, un ensemble de structures a été mis au jour, motivant la prescription d'une fouille archéologique préventive menée d'août à octobre 2008 par le pôle archéologique du Conseil général de l'Aisne, sous la responsabilité de Thierry Galmiche.
La fouille de Mortefontaine a permis la première tentative de création de SIG intra-site au sein du pôle archéologique du Conseil général de l'Aisne. Un tel outil s'est imposé devant le nombre de structures fouillées et de données à étudier. L'objectif de cet outil est essentiellement pragmatique : il est destiné à faciliter l'enregistrement et l'interprétation des données de la fouille ; l'automatisation de nombreux calculs (les dimensions des tombes, le ratio longueur-largeur, l'orientation de chaque tombe par exemple) et le gain de temps impliqué par cette automatisation constituaient également deux des points importants pour lesquels les possibilités de traitement du SIG devaient être sollicitées.
Responsable du projetBUCCIO V.
Organisation impliquéeConseil Général de l'Aisne, pôle archéologique
People
Date de début2008
Type de projetProjet de service
LangueFrançais
Mots-clés géographieEurope, France, Aisne, Mortefontaine
Dominante chronologique du projetPériodes antiques, Périodes médiévales
Mots-clés chronologieAntiquité, Moyen-âge, Moderne
Mots-clés objets historiquesSépultures, cimetière
Dominante disciplinaire du projetArchéologie et Préhistoire
Mots-clés disciplineArchéologie, Archéologie préventive
Problématique
  • faciliter l'enregistrement et l'interprétation des données de la fouille,
  • automatiser de nombreux calculs (les dimensions des tombes, le ratio longueur-largeur, l'orientation de chaque tombe par exemple),
  • établir au plus vite un plan abouti de l'ensemble du site et une chronologie relative complète des sépultures pour choisir les tombes à dater par le radiocarbone.
Organisation du projetDéveloppement d'une base de données dans le cadre d'une fouille d'archéologie préventive
Echelle de référenceProjet
Echelle minimale1/50
Echelle maximale1/5 000
Description de l'organisation du système d'information
Deux bases de données coexistent : une base de données reprenant les enregistrements des sépultures et une base de données spatiale reprenant les contours des inhumations. La première a été créée sous Access dans un fichier indépendant de la base de données spatiale créée sous ArcGIS sous la forme d’une géodatabase. Les bases sont liés via un identifiant unique, le numéro de sépulture.
Le choix de cette articulation repose sur deux contraintes : l'équipement informatique (matériel et logiciel) du Conseil général de l'Aisne et la formation des divers intervenants dans ce projet : du fait de la bonne maîtrise de Access par l'anthropologue, il a semblé judicieux d'utiliser ce logiciel pour l'exploitation de la base, qui permet également d'alimenter, consulter et modifier la base indépendamment du SIG.
Architecture informatiqueBureautique
Nombre d'utilisateur1 à 5
Nom des logiciels mobilisés
Données du système d’information
Le principe retenu a été de géoréférencer les photographies de chaque tombe grâce aux clous enregistrés lors du relevé topographique.
Pour cela, le lever topographique est importé dans le SIG (construit ici dans le logiciel ArcGIS 9.3 sous licence ArcView) ; le contour de chaque tombe est ensuite enregistré dans une géodatabase qui contient une classe d'entités de type « polygones ». La table attributaire est ici réduite à sa plus simple expression : outre une clef d'indexation automatique, elle contient essentiellement le numéro attribué à chaque sépulture. Les métadonnées de cette géodatabase ont été enregistrées sous ArcCatalog en respectant la norme du Dublin Core ; elles sont destinées surtout à transmettre le mode de constitution et les droits liés à cette base à tous les utilisateurs potentiels.
La table principale de la base, ou table « Sépultures », comprend l'ensemble des informations uniques relatives à chaque individu.
Cette table principale est liée à cinq tables secondaires : la première concerne les caractères discrets observés sur certains squelettes, la deuxième liste les pathologies de chaque individu par type, la troisième décrit les individus présents en réduction dans chaque fosse et la quatrième liste les principales caractéristiques ostéométriques de chaque individu. 
La cinquième table permet de construire une chronologie relative en autorisant une liaison plusieurs-à-plusieurs entre les différentes entités de la table « Sépultures ». Son architecture est directement inspirée des travaux de B. Desachy (Desachy 2008) et de la structure du système Stratibase.
Le passage de la base de données au logiciel SIG se fait par un jeu de jointures et de relations.
De plus le SIG construit autour de ce site ne se limite pas à la seule étude des structures fouillées ; il intègre en effet deux niveaux de documentation. A très grande échelle, le cimetière fait l'objet d'une base de données et d'une couverture dans le système. S'ajoute à cela, à plus petite échelle, la documentation cartographique historique (les cartes du XVIIIe siècle, le cadastre dit napoléonien en particulier) qui est géoréférencée ; les informations topographiques issues des sources textuelles (en particulier un terrier de la fin du Moyen Âge) sont elles aussi intégrées au système.
Catalogue de donnéesOui
Reference(s)
Etat de la fichepubliée
18/71 results        
© 2012 - Directeur du projet: Laurent Costa
Laboratoire ArcScan (Archéologies et Sciences de l'Antiquité)
Site réalisé par Gérald Foliot avec webActors - Hébergé par la TGIR HUMA-NUM

Rendu de la page en 0.011s