71 documents
6/71 results        
Description
TitreANR GéoPeuple : Etude de la densification du territoire français sur deux siècles
SigleGéoPeuple
ID du projet132
Description du projet
Depuis 200 ans le territoire métropolitain français s'est considérablement équipé, densifié au fil de l'accroissement démographique et des progrès technologiques. Par ailleurs, l'industrialisation a généré un important exode rural. Le projet GéoPeuple étudie les relations entre l'évolution du paysage français et l'évolution de la répartition de la population sur le territoire. Est appelé "paysage", à la fois à l'espace topographique (qu'il soit naturel ou anthropique) et l'espace administratif. L'évolution de l'espace topographique est étudiée à travers les traces codifiées sur  les cartes anciennes : cartes de Cassini au 1/86 000, (1750-1789 environ) et cartes d'Etat-Major au 1/80 000, (1866-1895 environ), mais également à travers l'information présente dans la BDTOPO, que fournit l'IGN (2011). Le maillage des communes matérialise l'espace administratif, qui évolue au fil des recompositions communales. La question qui se pose est de savoir si son évolution est représentative de la dynamique du territoire français, avec l’émergence des pôles d’urbanisation et d’industrialisation. En effet, l’échelle de l’étude rend compte de la distribution spatiale des masses démographiques au cours du temps, mais également des objets qui peuvent éventuellement expliquer cette évolution : le réseau de transport, le tissu industriel, et les facteurs géophysiques.
Responsable du projetRUAS A. (IFSTTAR), MUSTIERE S. (IGN)
Organisation impliquéeInstitut National de l’Information Géographique et Forestière, EHESS
People
Date de débutmercredi 15 décembre 2010
Date de finvendredi 14 juin 2013
URLhttp://geopeuple.ign.fr/
Type de projetContrat de recherche : ANR
LangueAnglais, Français
Dominante chronologique du projetPériodes modernes, Périodes contemporaines
Mots-clés chronologieModerne, Contemporain, Deux siècles, Révolution industrielle, Révolution française, XXème siècle
Mots-clés objets historiquesNomenclatures territoriales, Redécoupages administratifs, Carte d’Etat-Major, Commune, Carte, Recensements de Cassini
Dominante disciplinaire du projetGéographie
Mots-clés disciplineGéomatique, Géographie, Informatique, Histoire, Démographie
Problématique
  • étudier les relations entre l'évolution du paysage français et l'évolution de la répartition de la population sur le territoire.
  • montrer si l'évolution est représentative de la dynamique du territoire français, avec l’émergence des pôles d’urbanisation et d’industrialisation.
  • analyser le changement et la compréhension de ce changement à l’échelle micro-régionale (les observations sont infra-communales, mais les conclusions ne peuvent être tirées qu’à l’échelle de régions).
  • soulever les questions de la numérisation et du traitement de données issues de cartes anciennes, dont les spécifications et les méthodes de levés sont propres à chaque époque.
Organisation du projet
Les cartes de Cassini et de l’Etat-major sont numérisées, géoréférencées et vectorisées pour constituer des bases de données géo-historiques. Cette partie du projet est consacrée à l’analyse et la modélisation du contenu. Pour la saisie, 4 zones échantillons sont saisies manuellement sur Cassini et sur l’Etat-Major, en suivant un protocole précis qui définit la méthode et les outils (QGIS essentiellement). Ces données vectorisées manuellement servent de base à l’apprentissage pour les essais de numérisation automatique qui sont mis en œuvre par le LIP6. Après numérisation les données sont entreposées dans une base de données géo-historique, liées à l’histoire des communes et des recensements.
L’objectif principal du projet étant l’analyse du changement, il s'agit d'être capable de mettre en relation (apparier) des entités topographiques présentes sur chaque carte, pour identifier les nouveaux éléments et ceux qui ont disparus. Le projet développe des algorithmes d’appariement multi-critères, pour les objets de type ponctuels et de type linéaire, entre les différentes époques (Cassini – révolution ; Etat-Major – fin XIXème siècle et 2011). Le projet développe aussi une ontologie topographique spatio-temporelle qui permet d’aligner les contenus aux différentes époques, sur des critères morphologiques ou fonctionnels. Si l’appariement utilise  cette ontologie pour le critère sémantique, de façon rétro-active, ses résultats sont susceptibles de corriger les alignements théoriques proposés.  
 
Ensuite,  les corrélations existantes entre les changements topographiques, démographiques et administratifs sont analysées. La question qui est posée est de savoir s’il existe une corrélation entre les évolutions démographiques, topographiques et les remembrements administratifs, et en particulier, si des caractères topographiques particuliers (naturels ou de nature anthropiques) ont pu ou pas favoriser le regroupement de communes, toutes choses égales par ailleurs (la masse démographique ici). Cette étude est susceptible de produire des règles d’évolution (et d’aménagement du territoire de façon subséquente) du type «  si les chef-lieu de deux communes de poids démographique égale sont proches, et que les profils fonctionnels des communes se ressemblent, les communes auront tendance à se regrouper ».
 
En parallèle, une tâche de diffusion des résultats visant à la publicité des données, et leur présentation de façon intuitive et pédagogique est menée. Il s’agit de développer un site Web interactif permettant d’accéder aux données et facilitant la visualisation du changement, démographique, administratif ou topographique.
 
La dernière partie du projet se consacrera à terme à la simulation des remembrements sur la base de règles inférées par l’analyse spatiale. La méthode employée sera proche de celle développée dans le projet GeOpenSim, avec les communes comme agent de la simulation. 
 
La figure suivante propose une vue synthétique de cette organisation :

 

Echelle de référenceMicro-régionale
Echelle minimaleInfra-communale
Echelle maximaleNationale
Description de l'organisation du système d'information
Le système d’information comprend une base de données postgreSQL avec cartouche spatiale PostGIS, qui contient les données historiques, (l’histoire des communes et de leur redécoupage), les données démographiques (les recensements communaux depuis 1789), les données topographiques numérisées sur 4 zones différentes (St Malo, Grenoble, Reims, Agen) sur les cartes de Cassini et d’Etat-Major, et les résultats d’appariement entre différentes époques sur les 4 zones.
Au dessus de la base se trouve un serveur de données (GeoServeur avec une surcouche développée par Eric Grosso nommée SEREDONA) qui délivre les données au format JSON, XML, HTML, GeoJSON, et RSS, basé sur une API conforme aux standards des services Web géographiques (WMS et WFS).
Un site Web interactif exploite ce serveur de données : basé sur une technologie Ajax, il propose une visualisation interactive des données grâce aux bibliothèques javascript Raphael.js et HighCharts.js. 
 


 
Architecture informatiqueClient-Serveur
Nombre d'utilisateurSup à 40
Nom des logiciels mobilisés
Observations sur l'utilisationLe système d’information a été conçu pour un usage grand public (via le site Web interactif). Ce prototype n’a pas pu être testé en charge. Le nombre d’utilisateurs intéressés par cette application est une estimation libre, qui ne reflète p
Données du système d’information
  • Recensements : Liste des recensements de toutes les communes de France depuis 1789
  • Topographie.Cassini : Liste de toutes les informations vectorisées sur les 4 feuilles de Cassini (St Malo, Grenoble, Reims, et Agen) – Dates : 1759-1789
  • Topographie.Etat-Major : Liste de toutes les informations vectorisées sur Etat-Major (feuilles recouvrant les zones de St Malo, Grenoble, Reims, et Agen. Dates : 1889-1897
Catalogue de donnéesNon
Note
Les données sont issues d’une saisie manuelle : elles peuvent être imparfaites (les topologies des objets surfaciques ou linéaire peuvent être incorrectes), lacunaires (certains recensements n’ont pu être relevés). La précision géographique des données de Cassini est faible : on peut observer un delta de 4 kilomètre entre un élément de topographie naturelle et sa véritable localisation. Celle de l’Etat-Major s’améliore (environ 20 m).
 
Toutes les données sont associées à des métadonnées décrivant la source, le niveau de complétude, les raisons des lacunes, et les citations sur lesquelles s’appuient les contributeurs.
 
Les données sont libres d’accès, et ne peuvent donner lieu à aucun usage commercial, sauf éventuellement pour les auteurs de ces données (EHESS, l’IGN).
Reference(s)
Etat de la fichepubliée
6/71 results        
© 2012 - Directeur du projet: Laurent Costa
Laboratoire ArcScan (Archéologies et Sciences de l'Antiquité)
Site réalisé par Gérald Foliot avec webActors - Hébergé par la TGIR HUMA-NUM

Rendu de la page en 0.016s